Contrainte : rédiger mon article sous la forme d’une chronologie

J’ai un intérêt prononcé pour les carnets. Les petits, les moyens, les grands. Rigides ou souples. A spirale, broché ou avec des agrafes. Je les aime tous. Colorés ou plus sobres, originaux ou tout simples mais presque tout le temps avec des rayures. Ils occupent les tiroirs à foison à la maison ! Et les stylos, ah les stylos ! Tout cela me reste de l’école. J’adorais l’école et le moment d’acheter les fournitures en début d’année. Aujourd’hui encore, j’utilise des carnets et mes journées (actuellement irrégulières en cette fin de congés parental) se construisent autour d’eux.

Le matin, je m’occupe de ma fille et ce sont deux carnets qui m’accompagnent, chacun à spirales. L’un, pour noter des éléments liés à la maison et bébé, tout simple, sans lignes. L’autre, plus joli, rigide, avec des lignes et des intercalaires délimitant quatre parties, me permet de coucher chaque matin mes pensées (un exercice que j’applique depuis que j’écoute le podcast Change ma vie). Je consigne également mes différentes idées pour ce blog, Chakaiclub et toutes mes activités professionnelles.

L’après-midi, lorsque monsieur prend le relai avec notre progéniture, j’investis notre bureau commun et retrouve mes différents carnets, soigneusement rangés.

14h, le moment d’organiser les prochaines heures. Mon carnet noir souple regroupe mes objectifs du jour, mes axes de travail.

14h10, je jette un oeil à ma « todo-list » écrite sur un carnet dédié. Parfois j’organise ma semaine sur un organiseur à la semaine, soit je la matérialise sur un tableau blanc, à l’aide d’aimants et de feutres de couleur. Puis, selon le programme prévu, je prends le carnet correspondant à mon premier dossier. Récemment, j’ai acquis de nouveaux carnets, plus fins, pour cloisonner davantage chaque partie. Derrière cela l’objectif de prendre plus de temps pour bien réfléchir, mieux anticiper et structurer mes actions.

14h15, je saisis l’épais carnet cartonné, en quatre parties, chacune colorée, qui me permet de poser mes réflexions au sujet de Chakaiclub : mes futures créations, ma formule d’abonnement, mes différents contenus éditoriaux et les grandes échéances de l’année, comme Noël.

15h, j’ai besoin d’y voir plus clair alors je prends le carnet dédié à une nouvelle approche : le sketchnoting. Poser ses idées et les structurer grâce à la pensée visuelle. Je vous en reparlerai dans un prochain billet.

16h, une petite pause s’impose : c’est l’heure du goûter de ma fille. Je tiens à partager avec elle ce moment. Lorsqu’elle sera à la crèche, ce ne sera plus possible. Je reviens au carnet sur lequel je note ses menus, pour lui proposer des purées et compotes variées chaque jour.

16h30, je prends mes deux agendas achetés dans un but précis : consigner les publications pour les réseaux sociaux et mes blogs, bien les anticiper et harmoniser au mieux. L’un pour Chakaiclub, l’autre pour mes missions et un futur projet.

17h30, j’écris sur ce blog. Le plus souvent sur mon iPad ou directement sur l’ordinateur. Parfois je note quelques idées sur un petit carnet pour le cheminement de ma pensée. Lorsque j’ai du mal à me lancer, écrire sur un carnet m’aide davantage que l’écran. J’y structure mes pensées différemment. J’aime pouvoir rayer, griffonner et « doodliser ».

18h, pour bien terminer ma demie-journée, je m’accorde un temps de recherches et de lecture, avec un carnet dédié.

18h50 : fin de ma demie-journée de travail, je reprends mon premier carnet, le noir souple, pour dresser mon bilan.

Dans un coin du bureau, il y a le petit carnet à spirale, blanc, sans ligne, qui sert simplement de pense-bête. Tout écrire pour ne rien oublier et libérer mon cerveau qui a déjà bien des choses à penser avec bébé 🙂

Et vous, comment vous organisez-vous ?

Photo by Melinda Gimpel on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *