Les inclassables

De la difficulté de tout concilier et se contenter parfois du minimum pour profiter de l’essentiel

21 septembre 2018

Je vous ai laissés ici le 31 août dernier, heureuse d’avoir relevé mon défi 1 article par jour, avec plein de projets en tête et de la motivation à revendre pour ce blog. Trois semaines plus tard, je reviens enfin. On arrive bientôt à la fin du mois de septembre et je ne l’ai absolument pas vu passer. J’avais prévu de rédiger un à deux articles par semaine avec en parallèle la rédaction de 3 e-books, tout en relançant ma boutique de thé en ligne (après ma pause bébé) en développant une nouvelle formule d’abonnement, avec ma fille de 8 mois à la maison qui fait ses premières dents (elle n’ira à la crèche que début octobre). Sans parler de trois épisodes de podcasts hebdomadaires à enregistrer et donc à préparer en amont. Et je m’étonne encore pourquoi je suis fatiguée et pourquoi je n’arrive pas à caler une séance de sport quotidienne. Avec une certaine frustration, une dose de culpabilité et la sensation d’être complètement nulle de ne pas parvenir à tout boucler.

Puis j’ai pris un peu de recul, j’ai échangé avec d’autres entrepreneurs, d’autres mamans et je me suis dit qu’il serait peut-être temps que je regarde tout ce que j’accomplis dans une semaine plutôt que me focaliser sur tout ce que j’aimerais encore faire. C’est un peu comme pratiquer la gratitude chaque matin, en notant trois éléments qui font que j’ai envie de dire « merci », ce qui me permet de me concentrer sur ce que la vie m’offre chaque jour, plutôt que de penser à ce qui manque et que j’aimerais avoir en plus. On peut toujours faire plus, avoir plus, c’est sûr. Mais cela n’est pas très positif et nourrit la frustration. Se recentrer sur ce qu’on accomplit, sur des éléments positifs de notre quotidien nous aide à avancer plus sereinement, avec moins de pression. En quelque sorte ça aide à lâcher prise.

Ah le lâcher prise… ou comment se contenter de n’arriver à enregistrer « que » 2 épisodes de podcast sur 3, écrire un seul e-book sur les trois que j’ai en tête et accepter d’envoyer mes fichiers à l’imprimeur une semaine plus tard que ma deadline prévue initialement. Et profiter à fond de ma fille, que j’ai encore pour moi (presque) toute seule pendant quelques jours avant son entrée officielle à la crèche, l’observer dans ses progrès, la voir sourire, s’obstiner, lui faire des bisous dans le cou et l’entendre éclater de rire, et fondre véritablement quand elle me donne ses premiers bisous. Parce que finalement, si mes nouveaux abonnements sont expédiés le 10 octobre au lieu du 5, que je publie un e-book par mois au lieu de trois en moins d’un mois et que je ne suis pas encore rodée sur le rythme d’enregistrement de mes podcasts, ce n’est pas grave. L’important c’est qu’au final ce sera fait, à un moment ou un autre. Les moments avec ma fille sont précieux, ses premières fois, uniques. Elle grandit déjà bien trop vite alors autant profiter des derniers jours que j’ai avec elle. Je sais que lorsqu’elle passera ses journées complètes à la crèche, j’aurais tout l’occasion d’exprimer ma productivité…

Tout cela non pas pour vous raconter ma vie mais vous inciter à prendre du recul, relâcher la pression et vous inviter à profiter pleinement du moment présent… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *