En mai dernier, j’ai participé à la Web in Alpes édition 6, à Grenoble. Parmi les intervenants, il y avait Julien Coquet, expert en web analytics chez Hub’Sales. Je lui ai demandé de nous expliquer concrètement ce que sont les web analytics et de donner quelques pistes pour s’y mettre sérieusement !

1-Tout d’abord peux-tu te présenter ?
Bonjour, je m’appelle Julien Coquet, j’ai 35 ans et je suis consultant senior et expert web analytics chez Hub’Sales, une agence spécialisée dans le conseil en web analytics, la web TV et l’e-réputation.

2-Tu es expert en web analytics. Peux-tu nous dire précisément ce qui se cache derrière ce terme ?
Les web analytics, c’est un terme un peu barbare qu’on appelle aussi « mesure d’audience web », « web analyse », « analyse web », « analyse du trafic » mais à chacun son jargon! 😉
Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il s’agit de l’analyse du comportement de l’internaute et de sa contribution aux objectifs du site web qu’il/elle visite.
Évidemment ces objectifs peuvent être multiples : acheter un produit, s’abonner à une newsletter, remplir un formulaire, télécharger un PDF…
La proportion des internautes qui effectuent ces actions clé représente votre taux de transformation (ou taux de conversion).
Par exemple, si 1000 internautes visitent mon site et que 50 font un achat, mon taux de transformation sera de 5%.
Plus ce chiffre est élevé, mieux c’est. En France, la moyenne est entre 2% et 4% mais un fleuriste comme Aquarel flirte avec les 40%.
En ce qui me concerne, je suis dans ce métier directement ou indirectement depuis les tous débuts du Web (1994-1995)

3-Pourquoi est-il important de bien étudier ses statistiques ?
« Parce qu’on ne gère bien que ce que l’on mesure bien ». C’est un adage de la profession 😉
Ma question #1 à mes clients est : « décrivez moi en une phrase l’objectif de votre site web ».
Ceux qui n’arrivent pas à répondre de façon précise et concise ont perdu et devront retourner au tableau pour bien définir leurs objectifs : on ne fait pas de site web sans arrière pensée ni objectif.
En effet, comment piloter un bateau ou un avion si on ne sait pas où on veut aller? On risque fort de se planter! Avec un site web c’est pareil 😉

Si je gère par exemple un site communautaire et que je me suis fixé une augmentation de 30% des inscriptions à la newsletter d’ici à la fin de l’été, j’ai maintenant un objectif mesurable et quantifiable que mes outils de web analytics vont m’aider à analyser. Ils me diront entre autres choses d’où viennent les visiteurs et si une provenance ou un comportement internaute est plus porteur/rentable qu’un autre. Ils me diront aussi à la fin de l’été si j’ai atteint mon objectif mais ils me préviendront aussi avant l’échéance pour mettre en place des optimisations si ils voient que je ne vais pas réussir!

4-Si comme moi on a peu de temps et peu d’envie pour consulter ses stats, quel est le « minimum syndical » à faire ?
C’est la magie du webmaster: on a 40 casquettes sur la tête en même temps!
Les outils de web analytics comme Google Analytics, WebTrends, Omniture, Nedstat, AT Internet (XiTi) ont quasiment tous un système d’alerte automatique qui vous envoie un e-mail quand quelque chose va mal. Le reste du temps, faites de votre mieux 🙁

Si vous devez regardez 3 rapports essentiels par semaine:
– Top 5 des pages d’entrée (si possible réparti par provenance) avec taux de rebond
– Taux/Entonnoir de conversion
– Rapport de performance Adwords et/ou Adsense

5-Quel(s) outil(s) conseilles-tu ?
Question piège! 😉
Dans le cadre de mon travail, je jongle avec plusieurs outils dont Google Analytics, Omniture SiteCatalyst, Yahoo! Web Analytics, AT Internet, Nedstat, WebTrends, Urchin (le grand frère de Google Analytics), WebTrekk, Piwik… et la liste continue 😉

Le meilleur outil est celui qui correspond à ce qu’on veut mesurer! Dans la pratique, une écrasante majorité d’entre vous aura affaire à Google Analytics car il a été hyper-démocratisé grâce à Google.

6-Que penses tu de Piwik ?
Piwik est un outil français, open-source et complètement modulable mais qui ne tient pas bien la charge sur des sites à gros volume. Cela dit, il est très bien pour des sites à trafic plus modestes et permet de traiter ses stats en interne.

7-Quels conseils pourrais-tu donner ?
C’est une discipline de passionnés donc il faut passer du temps à pratiquer et à apprendre.
Mon conseil est de vous documenter un maximum sur le sujet.
Commencez par:
analyseweb.fr – le forum de la communauté francophone des web analytics
www.webkpi.fr – la version française et en ligne du livre La Bible des Indicateurs de Performance

8-Tu es responsable de la Web Analytics association, peux tu nous présenter cette association ?
La Web Analytics Association (ou WAA) est une association professionnelle de promotion des web analytics en tant que discipline. Je représente la WAA pour la France et je coordonne les efforts d’évangélisation autour des web analytics.

L’adhésion coûte 200$US l’année (soit environ 160€) et donne accès à des conférences, des webinars, des livres blancs et autres études de cas. L’adhésion donne également une réduction de 15% à l’entrée d’évènements comme le sommet eMetrics, qui a eu lieu à Paris les 15 et 16 juin.

Nous avons 4 grands groupes de travail : évangélisation des web analytics, promotion de l’association, recherche et enfin standards. Nous vous encourageons à participer à ces groupes de travail et l’adhésion est optionnelle.

Contactez moi pour vous inscrire ou visitez le site de l’asso.

9-Le mot de la fin ?
Merci pour cette interview qui permet de parler de cette discipline qui gagne à être mieux connue!
Je profite de l’occasion pour dire que si vous êtes passionné et déjà un peu expérimenté, Hub’Sales recrute dans le domaine des web analytics, à Paris et à Lille! Plus d’information sur http://www.hub-sales.fr/nous-rejoindre/

Merci beaucoup Julien pour cette interview !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *