Aujourd’hui, je vous propose une rencontre avec Marie Garaud, attachée de presse indépendante. Elle a accepté de répondre à mes questions par e-mail. Je vous encourage à lire l’article jusqu’au bout, même s’il est un peu long (oui j’ai toujours plein de questions !), les réponses de Marie sont très complètes et enrichissantes !

1-Tout d’abord, peux-tu te présenter ?
Bonjour, je m’appelle Marie Garaud, j’ai 26 ans, je suis attachée de presse indépendante et je travaille sur la création d’une agence PR/Com qui sera lancée en février prochain et dont la vocation est d’apporter une réponse pertinente en matière de stratégie médiatique et d’influence et adaptée aux mutations du secteur de la communication et du métier d’attachée de presse.

De formation en communication des entreprises, j’ai acquis plus de 5 ans d’expériences en agences et groupes de communication (Carré Noir/Publicis, M6, Wellcom,…). Partant du constat qu’Internet prenait une part de plus en plus importante dans les canaux et outils de communication, je me suis spécialisée dans les problématiques de communications 2.0 pour mettre à disposition des entreprises des outils et des stratégies d’e-communication.

2-Peux-tu décrire en quoi consiste ton travail ? As-tu une journée type ?
Mon travail consiste à répondre au besoin de communication des entreprises et de présence dans les médias et les réseaux sociaux visant à toucher les publics cibles et influenceurs

Concrètement, en fonction des objectifs marketing/com définis, je mets en place des actions de relations presse/publiques (conférence, press tour*, interview, etc.) pour initier l’intérêt des journalistes ciblés à leurs problématiques. L’objectif est donc d’obtenir de la visibilité dans les médias : articles, sujets de fond, citation, brève, annonce, tribune, interview TV/radio, etc. Il peut s’agir également de l’organisation d’événement de relations publiques pour le client (présence à des salons par exemple), de conseil et d’identification de prise de parole de l’entreprise, de recommandation d’actions pour créer de l’actualité ou le « buzz » (mise en place d’étude/sondage, opération virale,…).

Aucune journée ne se ressemble… Mais il faut se définir des plages horaires pour joindre les journalistes en fonction de leur disponibilité et de la périodicité du média. Par exemple pour les magazines mensuels, les sujets « Rentrée » sont préparés en juin, les sujets Noël sont préparés en septembre et en octobre, etc.

Et il ne s’agit pas non plus d’harceler les journalistes mais plutôt de s’intéresser à leur rubrique et le domaine qu’ils couvrent et de leur apporter une info pertinente et sur-mesure susceptible de les intéresser. Si l’actu du client ne les concerne pas, autant économiser un appel !

*press tour : faire le tour des rédactions pour présenter un nouveau produit et en faire la démo

3-Quelle est l’importance des relations presse pour une structure ?
Elle est bien sûr capitale dans ce monde où les médias et la réputation sont omniprésents et peuvent faire et défaire des entreprises ! Les relations presse sont un véritable levier pour crédibiliser, positionner une marque/une entreprise/un produit dans les médias. Il s’agit d’un travail qui s’effectue sur la durée, c’est la répétitivité (pertinente), l’éducation auprès des journalistes et du public qui développera l’image de celle-ci. Il faut au moins 8 mois à 1 an de relations presse pour pénétrer les médias et mesurer un impact certain auprès du public ciblé. Et dès que l’on arrête, la notoriété retombe assez rapidement… C’est un travail quotidien mais qui a un réel intérêt car les relations presse engagent la caution du journaliste et les lecteurs/téléspectateurs/internautes y sont sensibles.

4-Quelle est ta conception des relations presse ?
(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

La conception des relations presse de Marie

5-Pour toi c’est quoi une campagne de relations presse réussie ?
Tout dépend des objectifs fixés au départ et de la mission, et des cibles de publics visés. Cela peut se traduire par un nombre important de journalistes qui participent à une conférence de presse, par un press tour où toutes les rédactions ciblées ont souhaité tester le produit par une visibilité dans les médias « chauds » (tv, radio, quotidien, web) qui se font l’écho de l’actualité du client le jour de son lancement produit …

6-Quel est selon toi le plus difficile dans ton métier et comment arrives-tu à surmonter cette difficulté ?
Le plus difficile dans notre métier est de faire correspondre l’actualité de nos clients et ses objectifs marketing avec les attentes et besoins des journalistes, qui sont ultra-sollicités et qui recherchent toujours de la nouveauté. Il faut parfois être créatif. Le mieux est de beaucoup échanger avec ses clients pour mettre l’accent sur une actualité qu’ils ne pensaient pas médiatiser au départ mais qui a un vrai intérêt pour les médias. La difficulté est également parfois, de faire comprendre aux clients que les relations presse, à l’inverse de l’achat média (la pub.), sont un travail sur le long terme et que la réussite d’une campagne doit s’envisager sur un minimum de 6 mois pour laisser le temps aux médias de réagir.

7-Y-a-t-il un média avec lequel tu préfères travailler ? Pourquoi ?
Je n’ai pas de préférence et prends beaucoup de plaisir à travailler avec des médias variés. Je m’étais un temps spécialisée dans l’approche des médias TV/radio qui ont des besoins et des contraintes très spécifiques : lieu de tournage, témoin,… Et bien sûr comme toute attachée de presse, j’ai un carnet de journalistes avec lesquels je travaille plus régulièrement.

8-Qu’est ce qu’internet a changé dans ton métier ?
Tout ou presque ! Qui aujourd’hui ne se sert pas d’Internet ? Que l’on soit journaliste ou un particulier, tout le monde aujourd’hui se sert à peu près du web pour faire des recherches, s’informer, etc.… Cela doit complètement modifier notre façon de travailler et d’appréhender les relations presse ! C’est la raison pour laquelle je lancerai prochainement avec mon associée, une agence qui aura pour objectif de lier la communication externe de l’entreprise à sa stratégie web. On parle ici d’e-communication ! Demain l’attachée de presse ressemblera plus à chef d’orchestre qui s’occupera des relations avec des community manager, des blogueurs, des influenceurs, des journalistes…

9-Est ce que tu contactes régulièrement des blogueurs pour tes campagnes ? Si oui, comment t’y prends-tu ? Quelles différences observes-tu par rapport aux journalistes ?
Cela m’arrive effectivement de prendre contact avec des blogueurs, qui sont aujourd’hui l’un des publics d’influence qu’il faut pouvoir toucher. Pour ma dernière campagne, j’ai fait appel à un blogueur pour que nous organisions ensemble la campagne. Pour une autre, nous sommes passés par une agence spécialisée, tout dépend de l’objectif et bien sûr… du budget ! Une stratégie RP efficace doit s’envisager différemment selon les publics. Certains outils mis en place pour des journalistes ne conviennent pas aux blogueurs. Tout notre travail est donc de mettre en place des campagnes pertinentes et adaptées à chaque cible (journalistes/média/blogs).

10-Comment vois-tu l’avenir des relations presse ?
Les RP d’hier et d’aujourd’hui n’auront plus rien à voir dans un avenir très proche. Les relations presse sont en profonde et rapide mutation. Contrairement à l’idée reçue encore d’actualité, les RP ne se résument pas ou plus à un coup de fil passé à un journaliste mais à la mise en place d’une réelle stratégie d’activation de différents leviers de communication.

Pour gérer ce tournant décisif, il faudra que les professionnels du secteur sachent s’adapter à ces dernières et orchestrer de réelles campagnes d’influence, tout en étant capable de répondre aux nouvelles attentes et exigences des clients, notamment en termes d’innovation, de pertinence, d’impact et de mesure des résultats

11-Quel(s) conseil(s) pourrais-tu donner ?
A une entreprise :
Les relations presse sont l’un des éléments indispensables pour optimiser la stratégie de communication et doivent désormais être considérées comme telle et non plus comme « une option » ou un « plus » par les entreprises. Les stratégie d’influences complètent idéalement les autres leviers de la communication tels que la publicité (dont l’objectif est de vendre) et ont un réel impact sur la crédibilité, le positionnement et l’image de l’entreprise.

A un(e) futur(e) attaché(e) de presse :
Etre ouvert aux évolutions du secteur, être curieux et rigoureux et aller au devant de l’info. Stop aux relances « basiques ». Il faut comprendre le média, son interlocuteur et trouver l’angle approprié et de bien cibler l’info ! La réactivité, la créativité sont également des qualités essentielles.

12-Le mot de la fin ?
Je vous souhaite une très bonne et heureuse année à tous !!

Vous pouvez retrouver Marie sur Twitter ainsi que dans une interview sur Courrier cadres concernant son usage des réseaux sociaux.

Je remercie beaucoup Marie d’avoir accepté de répondre à mes questions ainsi que pour ce riche échange. Je lui souhaite tous mes vœux de réussite pour sa future agence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *